Commerce extérieur, Communiqué de presse, Politique et société, Territoire et infrastructures

Votations du 28 février 2016, 2x non, 1x oui

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Votations du 28 février 2016
2x non, 1x oui

La Suisse est une petite économie ouverte sur le monde. Sa prospérité dépend de relations internationales stables, d’un cadre institutionnel fort et de bonnes voies de communication internes et externes. La CVCI refuse avec force l’initiative « Pas de spéculation sur les denrées alimentaires » et « Pour le renvoi des criminels étrangers ». Elle soutient le projet d’assainissement du tunnel du Gothard.

NON, la Suisse n’affame pas les pays en voie de développement 

L’initiative des Jeunes socialistes  » Pas de spéculation sur les denrées alimentaires » veut interdire en Suisse les opérations financières sur les matières premières agricoles et les denrées alimentaires. Selon les initiants, ces opérations font varier les prix et engendrent la famine et la pauvreté dans les pays en voie de développement.

Le prix des matières premières agricoles fluctue principalement en fonction de la météo (sécheresse, gel, etc.), du niveau de production et du climat politique dans les pays producteurs. Tant les producteurs que les négociants ont besoin de connaître à l’avance les prix des produits afin de planifier au mieux leurs activités. Vendre ces produits sur les marchés financiers permet aux acteurs (agriculteurs, négociants, fabricants) de s’assurer contre les risques de fluctuations monétaires grâce à des produits financiers spécifiques.

Interdire cette activité boursière en Suisse n’a pas de sens, ni d’efficacité puisque les matières premières agricoles sont négociées dans le monde entier. Elle ne servirait qu’à détruire le savoir-faire unique développé par certaines sociétés de négoce et de nombreux emplois. Les contrôles nécessaires à l’application de cette initiative entraîneront une augmentation des tâches et des coûts de l’Administration.

Enfin, cette initiative ne résoudra pas le problème de la pauvreté ni de la faim. Or la Suisse n’a pas attendu cette initiative pour mettre en place de nombreux programmes ciblés . Elle s’engage déjà aux côtés de la Banque mondiale et la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, dans des actions efficaces sur le terrain.

NON à un pas de plus vers l’isolement 

En 2010, le peuple acceptait l’initiative pour le renvoi des criminels étrangers et le Parlement a dès lors durci les lois y relatives. Cette nouvelle initiative de l’UDC lancée alors que le Parlement n’avait pas terminé ses travaux, veut désormais élargir le catalogue des délits passibles de renvois, y compris des infractions légères, et restreindre les compétences des tribunaux.

L’UDC pouvait très bien intervenir pendant les travaux du Parlement, mais a préféré rappeler le peuple aux urnes. Ainsi, elle court-circuite les débats parlementaires et affaiblit nos institutions démocratiques, force de notre pays. De surcroît, cette initiative bafoue les principes inviolables tels que les Droits de l’Homme ou le principe de proportionnalité. Une fois de plus, la réputation de la Suisse et la sécurité juridique qui la caractérise sont mises à mal. Cette initiative non seulement menace les accords bilatéraux mais affaiblit notre pays dans les négociations avec l’UE sur la libre circulation des personnes.

OUI à la sécurité et à la solidarité périphérique 

Le tunnel routier du Gothard a plus de 30 ans et doit être dans tous les cas rénové. Ces travaux nécessiteront trois ans de fermeture coupant la Suisse en deux et isolant le Tessin. La solution la plus pragmatique consiste en la construction d’un deuxième tube, puis l’assainissement du premier. A chaque tube, sa voie de circulation.

Cette solution améliore grandement la sécurité des usagers en mettant fin au trafic bidirectionnel et garantit l’ouverture de l’axe Nord-Sud durant les travaux. L’Italie est le troisième partenaire commercial pour notre pays, la Suisse ne peut se passer de lien direct vers elle durant plus de trois ans. Enfin, la solidarité des régions périphériques nous conforte dans le soutien à ce projet. On ne peut laisser le canton du Tessin isolé aussi longtemps.

Finalement notre canton est également concerné par ce projet. En effet, en cas de fermeture du tunnel, le trafic à travers les Alpes devra être dévié vers d’autres axes routiers. Les axes du Simplon et du Grand-Saint-Bernard verront une hausse massive de leur fréquentation annuelle avec respectivement 10’000 et 9’000 camions supplémentaires, et ce durant près de quatre ans.