Communiqué de presse, Information économique

Enquête conjoncturelle 2016 de la CVCI

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

La grande industrie génère 861 millions de retombées économiques en Valais

(Le rapport complet est réservé aux membres de la CVCI)

Sion – Les trois grands sites industriels de Viège, Sierre et Monthey représentent une masse salariale annuelle de 650 millions de francs et génèrent pour 211 millions de chiffres d’affaires chez plus de 1’500 fournisseurs valaisans. C’est le résultat d’un complément d’enquête réalisé par la CVCI dans le cadre de son sondage conjoncturel annuel.

Selon les entreprises interrogées dans l’ensemble du sondage, l’année 2016 aura été meilleure que 2015 malgré un franc toujours trop fort, une demande insuffisante et des règlementations trop contraignantes.

franc-fort

Une grande industrie qui a du poids

La grande industrie valaisanne est un pilier de notre économie. Les branches de la chimie pharma (Monthey, Viège) et de la métallurgie (Sierre) pèsent plus de 10% du PIB valaisan et près des trois quarts de ses exportations. Indirectement, elles induisent 861 millions de francs de retombées dans le tissu régional (650 millions en masse salariale, 211 millions en chiffres d’affaires chez leurs fournisseurs locaux). Sur ces trois sites, on recense environ 6’000 places de travail.

Dans le détail, ces activités sont uniformément réparties dans la vallée du Rhône. Dans la région de Sierre et du Haut Valais (code postal 39xx) on trouve 380 fournisseurs pour 80 millions de chiffres d’affaires induits, respectivement 500 pour 63 millions dans le Valais central et Martigny (19xx) et 670 pour 67 millions autour de Monthey et dans le Chablais (18xx). Le site de Viège annonce 2’700 places de travail, celui de Sierre 1’300 et celui de Monthey 2’000.

Situation en amélioration

Les résultats globaux du sondage indiquent une légère amélioration de la situation économique. Les paramètres relatifs à l’évolution du chiffre d’affaires, du carnet de commande et de la marge bénéficiaire sont meilleurs qu’il y a une année. Cette embellie relative a toutefois un prix, puisque plus d’une entreprise sur trois rapporte une marge bénéficiaire insuffisante.

Le franc fort est une aubaine pour 12.4% des entreprises valaisannes sondées mais reste un problème pour 62.8% d’entre elles. Elles se battent sur les marchés : plus de la moitié ont dû faire des sacrifices sur les prix au détriment de leur marge et augmenter encore leur prospection de nouveaux marchés. Les délocalisations et les baisses des salaires ne sont considérés qu’en ultime recours par une très faible minorité d’entreprises.

mesures-prises

Les obstacles à l’activité restent les mêmes que l’année passée. Avec 58.5% des sondés l’insuffisance de la demande apparait en tête de liste, suivie par les conditions cadres et la législation avec 39.6%. Ce résultat est stable par rapport à 2015, tout comme le nombre d’entreprises (15.3%) qui ne déplore aucun obstacle notable.

freins

113 entreprises ont répondu au sondage. Parmi elles, on compte 10 sociétés du primaire (8.85%), 53 du secondaire (46.90%) et 50 du tertiaire (44.25%). Un tiers des entreprises sondées déclarent une activité d’exportation, un quart de la sous-traitance. 46.43% des entreprises annoncent entre 10 et 49 collaborateurs, 21.43% entre 50 et 249, 19.64% entre 1 et 9, et enfin 12.50% plus de 250.