Information économique

Indicateur économique, BCVS novembre 2017

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Indicateur économique, BCVS novembre 2017

Rétrospective 2016 

L’économie valaisanne devrait avoir crû de 1.4% en 2016. C’est un résultat comparable avec la moyenne nationale (CH : +1.4%).

La construction souffre des conséquences de la loi sur les résidences secondaires. Toute comme les branches de l’hébergement, qui subissent les effets du franc fort, elle a vu un recul de sa valeur ajoutée.

Les biens d’investissements ont connu une phase de rétablissement. La métallurgie et les machines ont profité d’une bel entrain d’équipement à l’étranger et ont pu se développer avec dynamisme.

Globalement les exportations nominales ont reculé de 5.3% pendant l’année 2016. Principale responsable, une baisse importante dans les domaines de l’agrochimie, qui représentent à eux seuls presque la moitié de toutes les exportations. Le reste de la chimie a en revanche donné des impulsions de croissance positives.

Croissance selon les branches économiques valaisannes

Prévisions pour 2017 et 2018

BAK Economics prévoit un ralentissement de la croissance valaisanne en 2017 (VS : +1.0%) ce qui situe le canton dans la moyenne nationale (CH : +1.0%).

Cette année encore, la construction devrait souffrir selon les indicateurs avancés (-4.7%). Selon les dernières estimations, il ne devrait pas y avoir d’embellie avant l’an prochain. La loi sur les résidences secondaires limitera à long terme les volumes dans la construction.

La lente appréciation du franc aura un effet positif sur le nombre des nuitées hôtelières, qui repartira à la hausse pour la première fois depuis le choc monétaire de 2015 (+2.3%).

Le nombre des actifs devrait légèrement croitre cette année (+0.5%). La croissance provient du tertiaire, car le secteur secondaire se contracte.

En 2018 l’économie valaisanne devrait retrouver du poil de la bête (PIB +2.2%), en raison de la demande domestique et de l’accélération de la conjoncture mondiale.

PIB Réel_Actifs (EPT)