Information économique

La conjoncture valaisanne en décembre 2010

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Perte de vitesse en fin d‘année

La conjoncture valaisanne s’est nettement refroidie en fin d’année dernière. Les résultats de l’indicateur économique BCVS annoncent une croissance de 1.3% pour le dernier trimestre. Ce dernier chiffre confirme la tendance au ralentissement qui a marqué toute l’année 2010 (Q1 : +4.9%, Q2 : +3.2%, Q3 : +1.8%). En comparaison mensuelle, le mois de décembre affiche une croissance encore positive de 0.3% du produit intérieur brut valaisan.

Recul des exportations

Après une année de croissance positive, décembre 2010 marque le premier mois de recul pour les exportations valaisannes (-9.8%). Pris dans son ensemble, le dernier trimestre de l’année reste positif (+2.8%). Parmi les branches prédominantes de l’industrie exportatrice, la métallurgie (+19.5%) et les machines (+24.8%) sont parvenues à accroitre leurs ventes. La chimie-pharmaceutique, principal secteur exportateur, a en revanche vu la demande étrangère reculer de 7.9%.

Retour de la construction

Après un affaissement de l’activité au troisième trimestre 2010, les signaux avancés de la construction retournent dans le positif. Aussi bien les réserves de travail (+5.3%) que les projets de construction (+5.3%) dépassent les niveaux du trimestre précédent. Les perspectives sont particulièrement bonnes pour le génie civil, avec des réserves en augmentation de 7.2% et des projets en progression de 15%.

Demande touristique en berne

Le nombre des nuitées hôtelières a plongé de 10.6% en décembre 2010 par rapport au même mois de l’année précédente. Le tourisme valaisan souffre principalement de l’euro, dont la chute a eu un effet important sur la demande étrangère (-16.4%). Tous les marchés étrangers sont affectés. Le nombre de nuitées d’hôtes allemands a reculé de 11%, celui des hôtes hollandais de 20%. Les visiteurs belges se sont montrés moitié moins nombreux qu’en décembre 2009. Sur l’ensemble du quatrième trimestre, la demande dans l’hôtellerie a globalement chuté de 5.2%, tirée vers le bas par les marchés étrangers (-10.3%) et domestiques (-1.0%).

Détente prolongée sur le marché du travail

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières a reculé d’un demi-point pour s’établir à 3.6% pendant le quatrième trimestre 2010. Ce recul découle avant tout d’une amélioration sensible dans le secteur secondaire.