Information économique

La conjoncture valaisanne en décembre 2011

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Fin d’année à reculons

L’économie valaisanne termine l’année 2011 en encaissant un choc. Selon l’indicateur économique BCVS, le PIB cantonal se contracte de 0.3% au dernier trimestre. Pour le mois de décembre, la contraction atteint 0.7%. Après trois trimestres de croissance positive, le Valais est rattrapé par la détérioration conjoncturelle et monétaire.

Chute des exportations nominales

Pour les entreprises valaisannes exportatrices, le dernier trimestre est sombre. Leurs ventes à l’étranger encaissent une baisse de 14.3% en termes nominaux. Toutes les principales branches affichent des reculs à deux décimales : -19.8% pour les machines, -13.7% pour la chimie et -10.2% pour la métallurgie.

Effet stabilisateur de la construction

Jusqu’à la fin de l’année, la construction a joué à plein son rôle de stabilisateur de l’économie valaisanne. Alors que les exports et le tourisme traversent la tempête, elle maintient une croissance positive. Les carnets de commandes étaient encore bien remplis au 4ème trimestre. Selon les données de la Société suisse des entrepreneurs, les réserves de travail étaient alors 19.7% supérieures à leur niveau de l’année précédente.

L’hôtellerie souffre de la demande étrangère

Le tourisme valaisan souffre de la force du franc. Le nombre des nuitées enregistre un recul de 5.5% au dernier trimestre par rapport à l’année précédente. Malgré le maintient de la demande domestique, l’effondrement de la demande étrangère (-14.6%) tire le résultat vers le bas. Les marchés d’Europe de l’Ouest sont les plus touchés, avec des baisse de 20% pour l’Allemagne et le Royaume Uni.

Augmentation du chômage

Le chômage saisonnier bondit de 3.9% à 5.3% en décembre 2011. Après correction des variations saisonnières, la hausse atteint deux dixièmes de point. Bien qu’en-deçà (-1.2%) de son niveau de l’année précédente, le taux de chômage démontre par son évolution que la détérioration conjoncturelle commence à déployer ses effets sur le marché du travail.