Information économique

La conjoncture valaisanne en janvier 2012

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Stagnation de l’économie

A une fin 2011 difficile succède un début 2012 guère plus réjouissant. Selon l’indicateur économique BCVS, le PIB valaisan stagne au mois de janvier (+0.1%). La faiblesse de la demande touristique pèse sur le résultat. En revanche, l’industrie d’exportation et en particulier la chimie-pharmaceutique exercent un effet stabilisateur.

Signaux positifs pour l’exportation

Les exportations valaisannes avaient conclu 2011 sur un trimestre de baisse (-14.3%). En ce début d’année, la demande pour les biens manufacturés en Valais retrouve des couleurs. En comparaison annuelle, les exportations nominales progressent de 6.9% au mois de janvier. La chimie-pharma, branche exportatrice prédominante, tire tout le secteur vers le haut avec une croissance de 20%. En revanche, le groupe machines, outils et électronique enregistre une baisse de 17.8%.

La construction en recul

La construction s’était imposée en 2011 comme pilier solide de la conjoncture. Les indicateurs avancés témoignent de premières faiblesses. Selon les données de la Société suisse des entrepreneurs, les réserves de travail reculent de 8% au premier trimestre. Les projets de construction s’évaporent à un rythme de deux décimales.

Franc fort, pression sur l’hôtellerie

Le martyr de l’économie touristique victime du franc fort perdure. Au mois de janvier 2012, le nombre des nuitées hôtelières perd 7.4% par rapport à l’année précédente. Malgré la soutien de la demande domestique restée stable (+0.2%), la branche souffre de l’effondrement de la demande étrangère (-14.4%). La tendance est particulièrement forte sur les marchés proches. Les hôtes allemands et anglais étaient jusqu’à 20% moins nombreux.

Le marché du travail encore stable

Le taux de chômage valaisan s’inscrit à 5.3% en janvier 2012, soit un niveau identique à la même période de l’année précédente. Le nombre de chômeurs reste légèrement inférieur (-0.5%). L’évolution de ces derniers mois démontre pourtant que la dégradation conjoncturelle déploie lentement mais sûrement ses effets sur le marché du travail.