Information économique

La conjoncture valaisanne en juin 2012

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Contraction du PIB

Selon l’indicateur BCVS, l’économie valaisanne poursuit sa contraction. Le PIB cantonal s’est replié de 0.4% au mois de juin, et de 0.8% sur l’ensemble du deuxième trimestre. Installée depuis mars (-2.3%), la tendance baissière ralentit (avril -1.6%, mai -0.5%).

Exportations en baisse

La demande étrangère pour les biens manufacturés en Valais a reculé de 3.2% pendant le deuxième trimestre (-3.4% au mois de juin). Alors que la chimie pharmaceutique parvient à arracher une croissance nominale de 7.5% au marché, le calvaire perdure pour la métallurgie (-13.3%) et le groupe « machines, outils et électronique » (-40%).

Génie civil stable

Selon les données de la Société suisse des entrepreneurs, la situation valaisanne est contrastée. Les réserves de travail reculent, alors que les projets de construction croissent. Dans le bâtiment, les réserves de travail stagnent, mais restent stables pour le génie civil. Ce secteur jouit d’une forte progression des projets de construction, contrairement au bâtiment qui enregistre une  baisse importante de ce paramètre.

Difficultés persistantes pour le tourisme

Le premier trimestre avait connu une évolution négative des nuitées hôtelières. Le deuxième n’apporte guère de soulagement, avec un recul de 8.7%. La baisse s’est fait sentir aussi bien parmi les hôtes étrangers (-13.4%) que suisses (-3.5%). Les marchés d’Europe de l’Ouest sont les plus touchés (-18.3%). La demande originaire d’Asie est à la hausse, mais ne peut pas compenser. Le problème principal de l’économie touristique valaisanne reste le franc fort.

Baisse saisonnière du chômage

Le taux de chômage valaisan s’inscrit à 3.7% au deuxième trimestre 2012. Pour le mois de juin, il atteint 3.3%, soit un niveau légèrement plus élevé que la moyenne suisse (CH : 2.9%). En comparaison avec le trimestre précédent, le chômage baisse de 1.1%. Ce recul s’explique essentiellement par des facteurs saisonniers.