Information économique

La conjoncture valaisanne en mai 2012

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Croissance négative en mai

Après deux mois baissiers (mars -2.3%, avril -1.6%), l’économie valaisanne poursuit sa contraction. Selon l’indicateur économique BCVS, le PIB cantonal recul de 0.5% en mai 2012.

Léger mieux pour les exportations

La demande étrangère pour les biens manufacturés en Valais a joué un rôle stabilisateur. Les exportations valaisannes ont progressé de 1.6% en termes nominaux. Alors que le secteur chimie pharma réalise une progression de 14.8%, les autres branches principales perdent des plumes. Les ventes à l’étranger de la métallurgie baissent de 13.7%, celles du groupe « machines, outils et électronique » de 40.6%.

Construction mi figue, mi raisin

Pour le deuxième trimestre, les indicateurs disponibles renvoient une image ambigüe. Les projets de construction ont augmenté de 4.3% en comparaison trimestrielle, alors que les réserves de travail s’évaporent de 4.7%. A noter que ces deux paramètres connaissent une évolution plus positive pour le génie civil que pour le bâtiment.

Retour des nuitées domestiques

Le tourisme valaisan a fait face à une saison d’hiver (de novembre 2011 à avril 2012) particulièrement difficile, avec un recul de 6.9% du nombre des nuitées hôtelières. Pour la première fois en mai depuis un semestre, les nuitées repartent à la hausse (+5.7% par rapport au même mois de l’année précédente). La demande domestique retrouve des couleurs. Les Suissesses et Suisses étaient 14.8% plus nombreux à visiter le canton. L’action spéciale Raiffeisen, lancée en avril, explique en partie ce résultat. La demande étrangère reste en berne (-3.7%), toujours victime de la faiblesse de l’euro et de la conjoncture anémique.

Taux de chômage à 3.7%

Le taux de chômage de mai atteint 3.7% en Valais, soit 0.4 point de moins qu’en avril. Ce léger recul persiste même après correction des variations saisonnières (-0.1%). Envers et contre tout, le marché du travail valaisan démontre sa robustesse.