Commerce extérieur, Communiqué de presse

L’or ne se mange pas

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

NON à l’initiative sur l’or

L’économie valaisanne rejette catégoriquement l’initiative sur l’or. Elle empêcherait la Banque nationale de faire correctement son travail et augmenterait le risque d’instabilité économique. La CVCI appelle à ne plus instrumentaliser le Banque centrale à des fins politiques.

Des pans entiers de l’économie valaisanne souffrent encore de la situation monétaire. Même stabilisé à 1 franc 20 pour un euro, le franc reste surévalué. Il nuit à la compétitivité de toutes les entreprises exposées aux marchés internationaux. Le cours plancher instauré par la BNS a évité la casse et sauvé de nombreux emplois. C’est un véritable tour de force accompli par nos banquiers centraux. Ils méritent un coup de chapeau.

Si les dispositions de l’initiative sur l’or avaient été en vigueur, le cours plancher aurait été virtuellement impossible à tenir. Comme la BNS a dû augmenter son bilan pour défendre le franc, elle aurait dû acheter d’énormes quantités d’or pour respecter les exigences des initiants. Cette politique aurait été ruineuse pour la banque, et pour le pays. Et la BNS aurait assisté impuissante à l’effondrement du secteur exportateur suisse.

Le Valais vulnérable

L’économie valaisanne, très exposée au commerce international par l’industrie d’exportation et le tourisme, aurait alors payé un lourd tribut.

Encore plus incompréhensible : tout l’or acheté par la BNS n’aurait plus pu être vendu, comme l’exige l’initiative. Comme un actif qui n’est pas vendable n’a aucune valeur, le texte aurait conduit à une immense destruction de la richesse nationale.

La BNS revient régulièrement comme objet d’initiative, qu’il s’agisse de financer des assurances sociales, de rembourser de la dette publique ou de faire-valoir à un sens patriotique exagéré. La CVCI tient à souligner que la mission de stabilisation économique de notre banque centrale est une condition centrale à la prospérité helvétique. Pour l’accomplir la BNS doit pouvoir agir dans la sérénité et l’indépendance.