Communiqué de presse, Energie et environnement, Marché du travail, Territoire et infrastructures

3xNon aux initiatives populaires de juin

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Votations du 5 juin 2016

En juin prochain, le peuple suisse devra à nouveau se prononcer sur trois initiatives ayant un impact négatif tant pour la population que pour les entreprises. Chacune ne pourrait être mise en œuvre sans augmentation d’impôts voire sans diminution des prestations publiques. Le Valais aurait tout à y perdre.

Pro-Service public nuisible pour le Valais

Aujourd’hui, la population et les entreprises disposent d’une desserte base dans les domaines des transports publics, de la poste et des télécommunications,  fiable et de qualité dans toutes les régions du pays.

Pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population, ces entreprises doivent innover et se développer. Or cette initiative va restreindre leur marge de manœuvre. Il leur sera difficile de réagir aux évolutions technologiques tout comme aux attaques de la concurrence. De même, il apparaît légitime et profitable à tous que les services les moins rentables soient financés grâce aux recettes provenant d’autres activités. En cas d’interdiction des subventions croisées et de réalisations de bénéfices, il sera difficile et plus coûteux de maintenir des prestations de qualité pour tous, dans toute la Suisse et au même prix.

Ainsi, la CVCI s’oppose à cette initiative qui fait du tort aux entreprises de la Confédération et pourrait provoquer une augmentation d’impôts et de tarifs voire une diminution des prestations de base. Le Valais et les régions périphériques ont besoin d’une desserte de base de qualité, efficace et à des tarifs compétitifs.

NON à l’utopie du revenu de base inconditionnel

Note société repose des valeurs comme l’effort, le sens des responsabilités ou la solidarité. Ainsi le travail permet à chaque personne de pourvoir à ses besoins, mais aussi de s’intégrer socialement. Seules les personnes qui n’arrivent pas à réaliser un revenu suffisant bénéficient de prestations sociales ciblées.

Selon les montants avancés par les initiants soit 2’500.- par adulte et 625.- par enfant et par mois, les conséquences financières seront désastreuses. Ce changement de système coûterait annuellement 208 milliards pour autant que la population n’augmente pas. Réaffecter les montants consacrés aux prestations sociales n’y suffira pas. Les contribuables et les consommateurs devront encore éponger près de 153 milliards de francs.

La CVCI rejette catégoriquement cette initiative dont la philosophie ne correspond ni aux valeurs de la Suisse, ni du Valais. Le système de sécurité sociale ne sera pas simplifié car pour certaines personnes en grandes difficultés, 2’500.- ne suffiront pas à couvrir tous leurs besoins.

NON à un mode de financement particulier de la route

La question du développement et du financement des différents moyens de transport est pertinente, mais la réponse donnée n’est pas la bonne. En effet, priver annuellement la Confédération de 1.5 milliard de recettes aura des conséquences pour toute la population. Il faudra soit augmenter les prélèvements, soit revoir le financement des tâches confédérales. A ce stade il est impossible de savoir qui de l’agriculture, de la formation, de l’armée, des transports publics, des cantons au travers de la péréquation verra ses moyens diminuer.

La CVCI rejette l’initiative qui n’est en rien équitable puisque le financement de la route se fera au détriment d’autres prestations, souvent utiles aux régions périphériques. De plus, la CVCI préfère soutenir le fonds FORTA qui prévoit aussi d’allouer plus de moyens aux routes nationales  avec un financement planifié et assuré sur le long terme.