Prises de position, Territoire et infrastructures

Plan Sectoriel Militaire 2017 – Base aérienne de Sion

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Plan Sectoriel Militaire 2017

Prise de position

L’Armée suisse a toujours joué un rôle central dans le développement des infrastructures aéroportuaires valaisannes. Grâce à cette forte implication militaire, de nombreuses activités civiles ont pu s’épanouir. Certaines sont directement liées à l’aéronautique et font partie intégrante du patrimoine valaisan, comme par exemple le sauvetage en montagne. D’autres induisent des effets économiques indirects profitables à tout le tissu économique local, à l’image du centre de formation polymécanique de la base aérienne.

L’aéroport de Sion et les entreprises qu’il abrite représentent 290 emplois à plein temps et plus de 47 millions de francs de retombées directes et indirectes. Il noue un lien essentiel entre le Valais et le monde, non seulement par ses liaisons aériennes, mais aussi grâce à la présence de sociétés aéronautiques internationales. Ces dernières permettent de nombreuses branches industrielles à maintenir leur savoir-faire technique au top niveau.

La poursuite de synergies gagnant-gagnant entre l’Armée et la société civile est donc d’une importance capitale, non seulement pour la place aérienne sédunoise et ses utilisateurs directs, mais aussi pour les chances de développement de toute l’économie valaisanne.

L’hypothèse d’un abandon de l’aérodrome de Sion doit être remplacée par le maintien d’une fonction aéronautique militaire optimisée.

Importance de la base aérienne de Sion

  1. Importance d’un aérodrome de dégagement: La forte diminution du nombre des aérodromes militaires opérationnels ne fait qu’accroître l’importance de celui de Sion.
  2. Situation météorologique unique : Plus que tout autre dès lors qu’il exerce une mission de protection de pays, un avion militaire doit pouvoir en tout temps compter sur la certitude de pouvoir atterrir en sécurité. Sion fournit souvent un dégagement adéquat aux avions alors que le brouillard envahit le plateau et/ou que la masse nuageuse envahit le Nord de Alpes.
  3. L’aéroport de Sion n’est pas un nouvel objet onéreux ou complexe à réaliser. Il existe, il fonctionne, il a fait ses preuves : Conservons-le !
  4. En cas de conflit, l’armée doit pouvoir protéger les sites et les infrastructures importants ainsi que l’espace aérien: Le fait de pouvoir recourir à une base aérienne fonctionnelle dans l’arc alpin est un atout qui doit être préservé.
  5. La plus-value offerte par les interventions aériennes dépend aussi de la proximité des bases utilisées et à leur accessibilité. L’aéroport de Sion est au cœur des Alpes. L’usage de la plateforme de Sion est incontournable pour le soutien aux autorités civiles en cas de catastrophe par exemple.
  6. Le maintien de l’aéroport parmi les infrastructures militaires, sous une forme adéquate restant à négocier avec les intérêts locaux, garantirait la pérennité d’une valeur précieuse du patrimoine de la Confédération.
    A cette valeur patrimoniale s’ajoute la valeur d’usage (entraînements et exercices)

Pour ces raisons notamment, l’aérodrome de Sion ne doit pas être abandonné.

La symbiose civile-militaire s’est révélée positive pour les deux exploitations et doit être poursuivie. Au lieu d’évoquer les modalités de retrait des Forces Aériennes, il convient plutôt de rechercher une optimisation de l’utilisation militaire de l’aérodrome de Sion. Le chantier doit être non pas celui de son abandon, mais celui d’une actualisation de sa disponibilité, tenant compte de l’évolution des Forces Aériennes, des moyens et des stratégies d’engagement en temps de paix et en temps de guerre, de même que des tâches de protection civile.