Commerce extérieur, Prises de position

Projet d’accord de libre échange Suisse-Chine

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Le secteur exportateur est le moteur principal de l’économie valaisanne. Il pèse près de 20% du PIB cantonal et dicte le rythme de la croissance économique. Ce secteur donne des impulsions importantes en générant une masse salariale conséquente ainsi qu’un volume de travail pour les entreprises domestiques valaisannes. Son importance va croissante pour la prospérité cantonale.

Fondamentaux

Le gigantisme économique chinois n’est plus à présenter. Ce pays retrouvera dans les 20 prochaines années sa place de première économie dans le monde, qu’il avait perdu au 16e siècle. Il représente un marché de taille et promet de belles perspectives de développement. Entre 1999 et 2006, la proportion des exportations valaisannes à destination de la Chine est passé de 0.3% à 2.2% (CH : de 0.8% à 3.6%). Ce marché s’est progressivement imposé en termes relatifs par rapport aux autres destinations asiatiques – au détriment du Japon notamment. Enfin, la Suisse fait partie des rares pays dont la balance commerciale bilatérale est excédentaire avec l’Empire du Milieu.

En 2007, la Chine absorbait en valeur 2.3% des produits chimiques et 12.8% des machines, appareils et électronique produits en Valais. En quantité les proportions sont encore plus élevées, ce qui suggère que les manufactures exportées en Chine sont de moindre valeur ajoutée.

ALE Suisse-Chine

La CVCI salue toute levée d’entrave au commerce, en particulier vers un marché qui offre une forte marge de progression et un vaste potentiel de croissance. Nous désirons néanmoins attirer votre attention sur deux points en particulier.

Bien que cela dépasse le cadre de cette consultation, nous tenons à souligner la supériorité de l’approche multilatérale au bilatéralisme. Il a été théoriquement et pratiquement prouvé que le multilatéralisme crée des systèmes commerciaux plus stables et durables que les réseaux d’ALE bilatéraux. En outre, la multiplication d’ALE tous azimuts génère des complications administratives colossales par la jungle d’accords qui tisse le réseau.

La réussite industrielle suisse s’explique notamment par la valeur ajoutée et l’innovation intégrée sans ses produits. La protection intellectuelle de nos entreprises, en particulier dans un pays où se posent des problèmes notoires de piraterie et de contrefaçon, devrait faire l’objet d’une attention particulière.