Energie et environnement, Fiscalité et finances publiques, Prises de position

Taxer l’énergie : une fausse bonne idée

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Le 8 mars prochain, les Verts’libéraux proposeront au peuple de supprimer la TVA et de taxer les énergies non renouvelables (pétrole, gaz, énergie nucléaire). L’introduction de cette taxe devrait à la fois obliger les particuliers et les entreprises à réduire leur consommation d’énergie et maintenir les finances de la Confédération stable. Dans les faits, les conséquences de cette initiative seront dramatiques : soit le prix de la taxe grimpe sans cesse, car la consommation baisse, soit la Confédération perd des milliards et doit trouver d’autres sources de financement auprès des citoyens et des entreprises. Dans les deux cas, nous connaissons d’avance les perdants.

Nouvelle pénalité pour nos entreprises

Cette taxe n’étant appliquée qu’en Suisse, le prix des produits d’exportations prendra une nouvelle fois l’ascenseur. De même l’effet sur les entreprises gourmandes en énergie ne sera pas sans conséquences. Après la fin du taux plancher, les entreprises seront à nouveau pénalisées.

Encore les pots cassés pour les régions périphériques

Les régions périphériques, dépendantes du transport motorisé, seront particulièrement touchées par cette révolution énergétique et fiscale. L’acheminement des matières premières vers le centre de production, puis du produit vers le client final, constituera une part importante du prix. Cette taxe affectera également les ménages à bas revenus et les locataires. Les inégalités ne pourront que se creuser.

La Confédération dans le rouge

La TVA est la principale source de revenu de la Confédération. Chaque année, 22 milliards de francs sont récoltés et répartis entre l’AVS, les grands projets ferroviaires, le programme de réduction des primes d’assurances-maladies, etc. Supprimer la TVA et la remplacer par une taxe aux effets inconnus engendrera des problèmes de financement pour la Confédération.

Le mécanisme de la TVA n’est pas parfait mais ses effets sont connus. La remplacer par une taxe sur l’énergie ne fera que pénaliser nos entreprises et nos emplois et isoler les régions périphériques. Laissons à d’autres les expériences hasardeuses.

Pour ces différentes raisons, l’économie valaisanne recommande de voter NON à un texte dangereux et imprévisible.