Communiqué de presse, Energie et environnement, Territoire et infrastructures

THT – La procédure en cours ne doit pas s’interrompre

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

Sion – La CVCI salue la position prise par le Conseil d’Etat suite au rapport d’experts. Ces derniers étaient formels : « la construction de la double ligne à 380kV entre Chamoson et Chippis est indispensable et urgente » et doit être disponible au plus tard en 2015. Notre Association s’engage aux côtés des autorités cantonales pour atteindre cet objectif. Il demeure que la procédure en cours ne doit pas être interrompue. La question du financement des surcoûts reste encore à régler.

La CVCI avait pris position en faveur de solutions pragmatiques qui n’opposeraient pas le Valais industriel au Valais touristique et lieu de vie, sous la condition de garantir la stabilité du réseau à l’horizon 2015. Les décisions prises par le Conseil d’Etat s’inscrivent parfaitement dans cette ligne.

Malheureusement, la question du financement d’un enfouissement partiel n’est pas du tout abordée. Sous la législation en vigueur, les entreprises industrielles et artisanales devraient supporter 60% des surcoûts de construction. La CVCI insiste pour que des solutions soient trouvées afin d’éviter ces charges supplémentaires sur l’économie et sur l’emploi. Les collectivités publiques demandeuses, qu’elles soient riveraines ou plus largement concernées, doivent être sollicitées.

Pour répondre au délai de 2015, il est essentiel de ne pas compromettre les procédures en cours. La décision relative au tracé Chamoson-Chippis est aujourd’hui entre les mains du Tribunal administratif fédéral. Les autres tronçons sont dans des phases avancées de la procédure. Les modifications envisagées de la ligne à THT (dissociation de la ligne CFF, enfouissements partiels, réduction du nombre de ternes, etc.) doivent être étudiées en parallèle.

Du point de vue de la CVCI, le Conseil d’Etat met « en œuvre tous les moyens juridiques et politiques compatibles avec le droit supérieur afin que toute nouvelle ligne sur le territoire du canton du Valais soit enfouie ». Par son action concrète, il applique en substance l’initiative « Géants d’acier » défendue par les opposants à la ligne aérienne. En conséquence, nous en demandons le retrait. Ceci d’autant plus que ce texte, en exigeant l’enterrement complet de la ligne à THT, menace l’opportunité d’enfouissement partiel et renvoie aux calendes grecques la réalisation de ce projet important pour le Valais.