Communiqué de presse

Votations du 23 octobre 2011 – OUI à la LEIS

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

OUI à des prestations accessibles et de qualité pour tous

Le secteur de la santé est très dynamique et son importance économique va croissante. Transparence, concurrence et conditions cadres libérales sont des réponses adéquates à ses problèmes structurels. La CVCI, Association faîtière de l’économie valaisanne, recommande de voter OUI le 23 octobre prochain lors du référendum sur la LEIS.

La LEIS découle de la révision partielle de la LAMal, qui prévoit l’ouverture des frontières cantonales hospitalières dès 2012. Cette révision vise à introduire davantage de concurrence et de transparence. La CVCI salue cette démarche car elle offre aux patients un plus grand pouvoir de décision et exerce une pression importante vers une amélioration des prestations médicales.

En adaptant la législation fédérale au contexte cantonal, la LEIS prépare le Valais à affronter la concurrence des autres cantons. Considérant la proximité des hôpitaux universitaires vaudois et bernois, le Valais doit bien se préparer à l’ouverture du marché. Un système de santé efficace et performant est une condition cadre importante pour le développement de l’ensemble de l’économie, car le bien-être de la population est un facteur d’attrait fondamental.

Acteur économique de premier plan

Avec ses près de 5’000 collaborateurs et une masse salariale annuelle de 380 millions de francs, le secteur hospitalier valaisan fait partie des principaux employeurs du canton. En investissant en moyenne 30 millions de francs par année, il communique de formidables impulsions de croissance au reste du tissu économique (construction, second œuvre, fournitures médicales, etc.).

Pour le Valais, il est indispensable que son secteur hospitalier bénéficie de règles du jeu équitables afin de faire face à la concurrence. Dans le cas contraire, un cercle vicieux pourrait s’installer : une évasion de patients conduirait à une réduction des places de travail, qui rendrait le canton moins attractif pour le personnel médical et qui finirait par réduire la couverture médicale dont bénéficie aujourd’hui la population.

Risque de paralysie politique

Le débat politique sur la santé est depuis trop longtemps dominé par la polémique et les attaques personnelles. La CVCI regrette cette dérive. Elle invite tous les acteurs concernés à faire preuve de responsabilité et de retenue. Il est inacceptable de prendre les patients en otage pour la défense d’intérêts particuliers, qu’ils soient régionalistes, linguistiques ou économiques.

Un refus de la LEIS enlisera le dossier. Le Valais perdra du temps qu’il n’a pas, et ne sera pas prêt en 2012. Au final, c’est la population qui payera ce retard.

Pour toutes ces raisons nous appelons à voter OUI à la LEIS le 23 octobre prochain.