Communiqué de presse, Prises de position

Votations fédérales du 22 septembre 2013

Prochaines Manifestations

Vignette 1

devenir membre

Vignette 2

starkvernetzt_300x250_FR

Prise de position

prise-de-position

communique-de-presse

NON à la fin du service obligatoire, OUI à la révision de la loi sur le travail

Pour se développer, notre société a besoin de sécurité et de conditions-cadres équitables La CVCI recommande de rejeter l’initiative qui veut abolir le service militaire obligatoire et d’accepter la révision de la loi sur le travail.

L’abolition de l’obligation de servir laisse trop de questions sans réponse, tant du point de vue de la garantie sur la sécurité que sur les coûts réels engendrés par une nouvelle organisation. Si les missions et l’organisation de l’armée suisse doivent être revues, cette initiative est une réponse mauvaise et couteuse qui ne solutionne rien. Quant à la révision de la loi sur le travail, il ne faut pas se tromper d’enjeu. Il n’est pas question de libéraliser les heures d’ouverture des commerces, comme veulent le faire croire les opposants, mais de supprimer une réglementation absurde concernant l’assortiment des stations-service situées uniquement sur les aires d’autoroute et le long des grands axes routiers.

Non à la fin du service obligatoire

Composée en grande majorité de miliciens aux compétences les plus diverses, l’armée suisse répond à différentes missions et demeure souvent le seul appui des autorités lors de crise graves ou de catastrophes majeures. Le nouveau modèle fondé sur le seul volontariat aura pour effet de priver le pays de cette réserve et surtout laisse planer de nombreux doutes. Rien ne garantit que les volontaires seront assez nombreux et que leurs compétences correspondent aux différents besoins en sécurité de notre pays. L’abandon de l’obligation de servir conduira indubitablement à une professionnalisation tant de l’armée que de la protection civile et se traduira par des coûts supplémentaires.

La CVCI recommande le rejet d’une initiative floue et coûteuse.

OUI à la révision de la loi sur le travail

Actuellement les stations-service situées sur les aires d’autoroute et le long des grands axes routiers peuvent déjà occuper du personnel vingt-quatre sur vingt-quatre pour la vente de carburant et l’exploitation d’une cafeteria. Par contre, la partie magasin de la station-service doit rester fermée entre une heure et cinq heure du matin.

La révision de la loi sur le travail mettra fin à cette situation absurde puisque le personnel est déjà présent pour la vente de carburant et de produits de restauration. Le personnel présent pourra alors aussi proposer le reste de l’assortiment. La révision ne porte pas atteinte aux conditions de travail car tous les autres stations-service situées hors du périmètre défini resteront soumis à l’interdiction du travail de nuit et du dimanche.

La CVCI recommande d’accepter la révision de la loi sur le travail.